Création d’entreprise

Création d’entreprise

Beaucoup en rêvent, nombre passent à l’acte et quelques uns réussissent. Y a t’il des secrets et surtout quelle est la méthode pour réussir sa création d’entreprise à Genève, en Suisse ou ailleurs ?

C’est difficile de donner une recette miracle, car finalement pourquoi un projet ne marcherait pas comme prévu et créer son entreprise, est-ce vraiment hasardeux ?

Cependant, les faits sont là, rien que pour le premier trimestre 2017, on compte 873 nouvelles inscriptions au registre du commerce de Genève ce qui fait en gros plus de 3’000 créations d’entreprises dans l’année, et cela rien que sur le canton de Genève

Si un tel développement est énorme, il faut savoir que dans le même temps un nombre quasi identique d’entreprises cessent leurs activités, pour la majorité d’entre elles durant leur trois premières années d’existence !

Que penser de tout cela, faut il ne plus avoir confiance dans la création d’entreprise en Suisse, faut il mieux s’abstenir de se lancer dans tout projet d’indépendance puisque manifestement beaucoup d’entreprises ne perdurent pas ?

Pas vraiment car nombre d’entrepreneurs fondent leurs entreprises et les développent avec succès. Cependant il faut être conscient que la déroute d’un projet est généralement liée à un manque de réflexion au départ

En règle générale les projets sont bons, une mauvaise idée de départ ne voit même pas le jour, la raison de l’échec découle presque toujours d’un élément mineur imprévu qui survient après le lancement des opérations

Essayons de répertorier les principaux écueils que peut rencontrer un entrepreneur sur sa route :

La trop grande confiance en soi ou en son produit

ma grand mère faisait le meilleur gratin dauphinois de la ville, tout petit elle m’a appris la recette alors j’ouvre un restaurant et je vais cartonner

Désolé mon gars, mais si tout repose là dessus tu vas te ramasser car le produit ou le service dans un projet n’est pas le seul gage de la réussite, celle-ci dépend de bien d’autres facteurs. A contrario, la méconnaissance de soi ou le manque de confiance (par exemple ne pas pouvoir énoncer avec objectivité ses points forts) sont aussi un handicap pour un projet de création d’entreprise

Partir “la fleur au fusil”, sans vraiment mesurer l’environnement et les contraintes, est un critère qui mène presque toujours à l’échec

Une absence de projet marketing

j’ai toujours été bon en compta, tout le monde a besoin d’un comptable, alors je vais ouvrir une fiduciaire, en plus j’ai déjà un bureau

C’est pas gagné, il y a plus de cinq cent fiduciaires à Genève la plupart font du bon travail, mais pour beaucoup de petites les mandats manquent et cela les poussent à faire tout ce qu’elles peuvent pour s’en sortir (courtage d’assurances, intermédiaires en placements, apports d’affaires en immobilier, etc)

Si un projet n’est pas accompagné d’un bon business plan (non pas 10 feuilles Excel qui ne veulent rien dire mais des arguments expliquant comment on va faire les choses) le projet fera très certainement partie de ceux qui ne vont pas très loin

Une absence d’évaluation des risques

je reprend un bar à vins qui cartonne, ces trois dernières années il y a fait un chiffre d’affaires incroyable, je crois que c’est le jackpot !

Ce n’est pas certain, d’abord les clients sont ils venus pour le lieu et la renommée ou plutôt pour le patron qui gérait l’établissement ? Si c’est pour le patron, les clients vont ils vraiment suivre et si un établissement plus à la mode s’installe dans le secteur la déception est annoncée. D’accord, on ne peut pas tout garantir, il y a du risque partout, mais on doit au moins les connaître et avoir s’ils surviennent un “plan B” de prévu

Créer une entreprise c’est bien souvent entrer dans une grande zone d’incertitudes, il y aura toujours des imprévus. C’est ce qui du reste ce qui permettra à ceux qui s’y sont préparés de passer devant les autres, il est donc vital d’analyser les risques encourus avant de créer une entreprise

Un mauvais choix d’emplacement pour le produit

je vais ouvrir un snack mais les locaux sont top chers aussi je vais prendre une arcade moins bien placée, les client viendront quand même pour mon bon service

Grave erreur, dix mètres parfois suffisent pour diviser les recettes par deux, l’important n’est pas le loyer que l’on paye mais la zone de chalandise liée à l’emplacement. Ce n’est pas grave de payer trois fois plus cher de loyer, si l’on a vingt fois plus de clients

Tout produit ou service a une cible, alors autant se trouver dans celle-ci et ne pas choisir son local juste parce qu’il est pas cher ou qu’il y a une place de parc pour sa voiture

L’absence de suivi d’objectifs ou d’une ligne de conduite

j’avais prévu au début de faire une demi-journée de prospection par semaine, mais comme j’ai beaucoup de boulot je ne prospecte plus, les clients viennent tout seul

Là aussi, grave erreur, c’est quand les affaires marchent qu’il faut faire de la pub, pour comprendre cela il suffit de couper le moteur de sa voiture sur l’autoroute, même si on roule vite, on va se retrouver rapidement arrêté sur la bande d’urgence. Pour une entreprise c’est la même chose, si l’on n’alimente pas le développement, on va régresser

Tout entrepreneur performant à des objectifs et une ligne de conduite (formalisés ou plus simplement dans sa tête), cela ne veut pas dire qu’il ne changera pas en cours de route mais par contre il sait toujours dans quelle direction il va et il s’y tient

Ces erreurs sont souvent la base d’échecs constatés dans les créations d’entreprises malgré le fait que pour beaucoup d’entre elles il y avait une bonne idée de départ

Finalement, quel enseignement tirer de tout cela et quelle est la clé du succès ?

La clé du succès pour fonder son entreprise

Pour bien réussir sa création d’entreprise, que ce soit en Suisse ou ailleurs il est important de :

1) bien analyser les risques liés à la création de son entreprise

2) bien se renseigner sur ce que font les autres (et aussi comment ils le font)

3) longuement réfléchir sur comment on va faire sur le plan des opérations

4) mesurer à leur juste valeur les enjeux financiers, sur tous les aspects

5) avoir un regard objectif sur soi même et regarder son projet avec du recul

Et aussi :

– savoir s’entourer de partenaires plus compétents que soi dans les domaines où l’on a des lacunes,

– rechercher en permanence des conseils objectifs auprès d’entrepreneurs qui ont réussi

– calmer son enthousiasme et prendre du recul

C’est cela qui garantira la réussite de la création de son entreprise